Accueil PalmAttitude.org Forums Dossiers Tests Logiciels Comparateur matériel Liens Association
PalmAttitude.org - Guide - Eclipse sous Mac OS X

Guide réalisé par Electrop

http://www.eclipse.org

Eclipse, c’est quoi ? Et pourquoi Eclipse sous Mac OS X ?

Eclipse

Eclipse est un IDE (Integrated Development Environment : environnement de développement intégré) intégré à la fois très simple et très puissant. A l’origine, c’était un projet d’IBM ensuite passé sous licence open-source.
C’est une application Java à la base plutôt tournée vers le développement en Java. Mais sa grande force et d’accepter des plug-ins pour l’adapter à tous les langages et toutes les situations. Pour le Palm, on pourra notamment se servir des « C development tools » dédiés à la programmation en langage C / C++.

Associé à couple PilRC / PRC-Tools, Eclipse permet ainsi de se construire un environnement de développement totalement fonctionnel, simple à utiliser et surtout totalement gratuit !

PODS et Plateformes de développement

Début août, PalmSource a lancé la première version de sa propre « Palm OS Developer Suite », justement basée sur Eclipse, PilRC et les PRC-Tools. Le but de PalmSource étant de développer ses propres « Palm OS Tools for Eclipse » pour une intégration parfaite.
Pour l'instant, PODS n'est disponible que sur Windows. Mais PODS tournant en fait sous cygwin, qui n'est rien d'autre qu'une couche d'émulation UNIX, le portage sous d'autres plateformes ne devrait pas poser d'obstacles majeurs ; et il est d'ores et déjà en cours.

En attendant une future version de PODS pour Mac OS X, Eclipse, PilRC et les PRC-Tools restent des outils open-source, donc immédiatement disponibles pour de très nombreuses plateformes. Nous allons donc voir ce qu'il est d'ores et déjà possible de faire avec ces outils, et jusqu'où l'intégration peut aller avec le plug-in « C development tools ».

Installation sous Mac OS X : Eclipse, PilRC et les PRC-Tools

Eclipse et les "C Development Tools"

Le projet Eclipse est hébergé sur http://www.eclipse.org. Pour le téléchargement, ça se passe sur http://www.eclipse.org/downloads/index.php ou sur l’un des nombreux miroirs proposés.
Au 23 Octobre 2004, la dernière version d’Eclipse est la 3.0.1. Elle nécessite au minimum Mac OS 10.3 et Java 1.4.1. Sachez aussi que l’ensemble ne pèse pas moins de 80 Mo au téléchargement. Compter en plus une vingtaine de Mo pour le plug-in « C Development Tools ».

Une fois Eclipse installé par simple glisser-déposer depuis l’archive, il vous reste à télécharger le plug-in C pour bénéficier entre autres d'un éditeur adapté à la syntaxe du langage C, diverses fonctions de recherche, de complétion et d’indexation semi-automatiques. Cela se passe directement depuis le gestionnaire d’extensions d’Eclipse :

  • Ouvrez l’application et sélectionnez le menu Help / Software updates / Find And Install.
  • Dans l’assistant qui s’ouvre, cliquez sur Search for new features to install.
    Indiquez alors le site où télécharger le plug-in : cliquez sur New Remote Site puis entrez CDT pour le nom et http://update.eclipse.org/tools/cdt/releases/new pour l’adresse. Cochez CDT dans Sites to include in search puis Next

  • Dans les résultats de la recherche, sélectionnez ensuite le pug-in : Eclipse C/C++ - Development Tools

  • L’écran suivant vous présente la licence. Une fois validée, vous passez au dernier écran qui vous propose de choisir l’application de destination. Laissez Eclipse par défaut, cliquez sur Finish et le téléchargement commence.

A la fin du téléchargement, redémarrez Eclipse pour enregistrer le plug-in et ça y est. Vous êtes prêts à utiliser l’environement pour développer vos programmes.

Eclipse en français

Vous pouvez localiser l'interface et les fichiers d'aide d'Eclipse en français. En effet, IBM continue d'utiliser et d'adapter Eclipse pour ses propres besoins. Dans ce cadre, ils ont développé des packs de langue dont ils ont aussi fait don à la communauté Open-Source.

Pour Eclipse 3.0.1 (et versions 3.x à venir), télécharger ce fichier.
Une fois décompréssée, l'archive vous donne deux dossiers "features" et "plugins". Copiez le contenu de ces dossiers dans ceux du même nom de votre dossier Eclipse, rédemarrez et c'est tout. Le passage en français est automatique.

Vous constaterez que certaines chaînes restent en anglais. Ceci est normal et du au fait que l'outil IBM, pour lequel ont été développées les traductions, ne correspond pas totalement à la version de base d'Eclipse. Néanmoins, le traduction est totale pour l'immense majorité de l'interface et des fichiers d'aide.

PilRC et les PRC-Tools

Si vous vous en sentez le courage et les capacités, vous pouvez télécharger les sources et les compiler vous-même. Pour les PRC-Tools, c’est sur http://prc-tools.sourceforge.net/ et PilRC, sur http://sourceforge.net/projects/pilrc/. Sans oublier l’indispensable SDK téléchargé auprès de PalmSource. Là, il n’y a rien à compiler mais sans les indispensables bibliothèques, impossible de compiler le moindre programme.

Plus simplement, sur http://www.zenonez.com/prctoolsx/download.html, vous pouvez télécharger un package qui rassemble déjà tout ce dont vous avez besoin. SDK, PilRC, PRC-Tools : tout est déjà compilé et grâce à l’installeur inclus, la mise en place ne pose aucun souci.
Pour information : Les fichiers du SDK sont installés dans un répertoire caché : /opt/palmdev et tous les binaires se retrouvent dans usr/local/bin.

Utilisation

Création et gestion des projets

En cliquant sur File / New / Project apparaît une liste avec les modèles de projets prédéfinis, dépendants des plug-ins et des options installés sur Eclipse.

On voit notamment apparaître deux modèles apportés par le plug-in « C Development tools » : Managed Make C/C++ Project et Standard Make C/C++ Project.

Pour le Standard Make Project, c’est vous qui créez le Makefile alors qu’avec un projet Managed, c’est Eclipse qui le génère automatiquement.
Malheureusement, ces deux modèles sont bien adaptés pour développer des programmes pour plateforme de bureau mais pas pour le Palm. Pour ce qui nous intéresse, on créera donc un Simple Project.

Sur l’écran suivant, vous choisirez le nom de votre projet et son emplacement. Vous pouvez le créer dans l’espace de travail par défaut d’Eclipse ou à n’importe quel autre chemin que vous indiquerez. Si vous indiquez le chemin d’un dossier non vide, les fichiers seront automatiquement repris par Eclipse. Cliquez ensuite sur Finish pour générer votre nouveau projet.

A tout moment, vous pourrez importer d’autres fichiers dans votre projet via File / Import. De même, vous pourrez ouvrir d’autres fichiers n’appartenant pas à un projet avec File / Open External File.

Edition du code

Avec Eclipse, l’écran est organisé en vues, regroupées au sein de perspectives. Les vues correspondent aux différents outils (éditeur, console, navigateur, projets…) Tandis que les perspectives sont un assemblage de vues, menus et barres d’outils.

Vous pouvez choisir la perspective convenant à votre projet dans le menu Window / Open Perspective, où l’on trouvera notamment C / C++ pour un projet en C. Si les options de base ne vous conviennent pas, vous pouvez aussi adapter la perspective via Window / Customize Perpective.
Vous pourrez enfin mettre au premier plan la vue qui vous intéresse via Window / Show Wiev.

Dans la perspective C / C++ , l’éditeur se trouve au milieu de l’écran. Il effectue automatiquement la coloration syntaxique et propose la complétion de code : Tapez les premières lettres puis appuyez sur "command - espace" et l’éditeur vous propose automatiquement une liste de modèles correspondants. Vous pouvez éditer cette liste dans les préférences d’Eclipse via Window / Preferences.

Comme pour le code C, l’éditeur de Makefiles vous propose aussi une coloration syntaxique. Pour vous aider, vous avez aussi sur la droite une vue Outline. Celle-ci affiche une arborescence dynamique regroupant les principaux éléments du fichier : fonctions, variables, cibles, règles … Pour une navigation plus rapide, un clic dans la vue Outline affiche directement la ligne correspondante dans l’éditeur.

Compilation

Cette étape est en fait très simple car gérée par un classique Makefile. A ceci près que comme on l’a vu plus haut, Eclipse dispose de son propre éditeur de Makefile et qui plus est, on peut lancer le processus directement depuis Ecplise. Nul besoin de lancer une quelconque commande depuis le terminal.

Il faut quand même savoir qu’Eclipse ne reconnaît pas le même path que le shell système. En d’autres termes, il faudra indiquer le chemin complet des utilitaires auxquels on fait appel dans le Makefile (/usr/local/bin, comme précédemment signalé).

Votre Makefile devra aussi comporter une règle all grâce à laquelle Eclipse pourra reconstruire tout le projet.

Ces deux points pris en compte, il suffit que le dossier de projet compte un Makefile. Le menu Project / Build All lance la commande make all et Project / Clean lance un make clean. Les résultats s’affichent directement sur la console d’Eclipse.

Test

Eclipse propose un menu run à partir duquel on peut paramétrer le lancement de virtuellement n’importe quel utilitaire. Seulement, la sortie de ces utilitaires ne peut s’effectuer que vers la console d’Eclipse, ce qui élimine de fait toutes les applications graphiques, dont Palm OS Emulator.
Pour les versions de Palm OS jusqu'à la 4.x, vous pouvez en effet tester vos programmes sur Palm OS Emulator. En obtenant des fichiers ROM auprès de PalmSource, vous pouvez en effet émuler le fonctionnement hardware et software du système correspondant pour y tester / débugger votre programme.

Alors que jusqu'à présent, les machines sous Palm OS fonctionnaient avec des processeurs Motorola type 68k, Palm OS à partir de la version 5.0 est compilé et destiné à tourner exclusivement sur des processeurs Intel ARM. En parallèle, Palm Source a du développer un nouveau simulateur . Grâce aux analogies entre les instruction pour processeurs ARM et x86 équipant quasiment toutes les machines de bureau, Palm OS est en effet directement compilé pour être exécuté par Windows. Malheureusement, l'exploitation de ces similitudes entre processeurs ARM et x86 complique singulièrement le portage sur d'autres plateformes. Palm Source n'envisage d'ailleurs pas d'autre développement de Palm OS Simulator que vers Windows / x86. En revanche, ils travaillent sur un nouvel emulateur ARM natif qui lui sera développé en parallèle pour Windows et Mac OS.

Le mot de la fin ...

Eclipse étant écrit en Java, le passage obligé par une machine virtuelle alourdit inévitablement son exécution par rapport à un outil écrit en code natif. En l'attente d'une meilleure intégration promise par PODS, on peut aussi reprocher à cette solution son manque de fluidité pour la rédaction du Makefile et les phases de debug / test.

Mais à l’opposé, comparé à d’autres solutions comme par exemple xCode, Eclipse ne comporte que remarquablement peu d’options qui ne soient pas utilisées en programmation pour Palm OS. La puissance et la simplicité d’Eclipse sont ses deux grands atouts et font que cet IDE est de plus en plus apprécié.

Et dans tous les cas, Eclipse n'est qu’une couche superposée au couple PilRC, PRC-Tools, qui reste le moteur de la création. Libre à vous d’essayer différentes solutions, simple éditeur ou IDE, avant de vous faire votre propre idée sur la question.

Test mis en ligne le 30 août 2004

Les captures d'écran sont propriété de PalmAttitude.org


Les marques citées sont déposées par leurs propriétaires respectifs.Sous réserve d'erreur ou omission.